Une petite lettre venant du coeur.

J’ai le coeur lourd en écrivant ces quelques mots.
J’ai eu le besoin de prendre un papier et un stylo pour extérioriser ce que je ressens.
Je venais de rentrer tout juste 15 minutes avant l’annonce de ces terribles informations : « Plusieurs fusillades et explosions dans Paris », « prise d’otages au bataclan », « carnage à Paris ».
C’est le choc. Comment est-ce possible ? Serait-ce juste un cauchemar ?
Puis, on prie pour que ce n’en soit qu’un. Ce ne peut être que cela.
Et finalement, la réalité s’installe et nous transperce de sa dimension horrifique.
On n’y croit pas. On voit le bilan des victimes grimper et grimper et grimper.
On est cloués devant sa télé, en transe. N’osant pas bouger, en regardant les mêmes images encore et encore, en espérant un sort différent. On se demande à nouveau comment est-ce possible ?
C’est un moment extrêmement dur, moment de désolation et de déception face à la violence de ces hommes, qui sont prêts à tout pour tuer le plus grand nombre.
Puis, on s’inquiète pour nos familles, pour nos proches, pour les personnes qu’on ne connaît à peine.
Après les attaques de Charlie Hebdo de janvier 2015, on s’était dit plus jamais. Ces actes terroristes nous ont déjà traumatisés. Hélas, ceux du 13 novembre 2015, les ont surpassés. Des actes dramatiques.
Et puis, les larmes coulent. Le bilan s’alourdit encore plus. En l’espace de quelques heures, de trop nombreuses vies ont été perdues. Ces personnes qui n’étaient là que pour passer de bons moments un vendredi soir. Et des témoignages poignants affluent de personnes présentes lors des fusillades, ou de la prise d’otages du Bataclan. On ne peut qu’assister passivement à cela.
Divers sentiments nous envahissent. La tristesse incommensurable des pertes humaines. Puis, l’impuissance face à cette atrocité, l’incompréhension : pourquoi préférer les armes ? Pourquoi vouloir faire autant de victimes ? Pourquoi tout simplement. Une colère grandissante face à ces hommes (peut-on encore les qualifier d’hommes ?) violents qui ne comprennent pas que leur interprétation du Coran est complètement fausse et qui justifient même leurs actes par des allusions à Allah. Attention, ce n’est pas une colère dirigée contre les musulmans, juste contre ceux qui utilisent la religion (peu importe laquelle) pour tuer !
Les larmes continuent à couler, impossibles à stopper. Notre respiration se fait plus difficile et saccadée. Situation horrible. Puis, les heures passent et de très nombreux messages apparaissent sur les réseaux sociaux : des recherches de personnes présentes sur les lieux de ces drames.
S’organisent aussi des gestes de solidarité sur les réseaux sociaux qui émeuvent : le hashtag #PorteOuverte, #PrayForParis, #UnebougiepourParis, #PrayForPeace…, les pays qui rendent hommage à la France, en reprenant les couleurs du drapeau en les projetant sur des monuments. Ces terroristes ne nous mettront pas à genoux. Le monde est uni face à eux.

Lire la suite

Publicités